Featured Member: Irina Dumitrescu (Rheinische-Friedrich-Wilhelms Universität Bonn))

5 Jan 2018 10:54 PM | CSM Webmaster (Administrator)

Our featured member this time around is Irina Dumitrescu, Professor of English Medieval Studies at the Rheinische-Friedrich-Wilhelms Universität Bonn.

You’re arriving at an airport for a research trip and the border control agent asks what you do.  How do you answer?

I teach English literature. When I was a grad student, I once made the mistake of telling a border guard I studied English, and he began cracking jokes along the lines of “Why would you do that? Don’t you know English already?” Tired after a long flight, I found it rather hard to laugh, so now I am very precise!

What projects are you currently working on?

Right now I’m working on a more experimental project than my previous work has been: a study of feminine charisma in the middle ages. I am interested in the way opposing qualities and ancient archetypes are used to craft representations of fascinating women in medieval texts, but also, more broadly, on how we have to think of charisma differently when it comes to female figures.

This is part of my increased interest in feminist studies, one I’m also pursuing in a number of collaborative projects. With Emily Butler and Hilary Fox I’m editing a book of over eighty micro-essays on Anglo-Saxon women. This is a broad ranging interpretative book featuring real and fictional women from the historical, literary, artistic, and archeological records. My Bonn colleague Emma Bérat and I are also co-editing a special issue of Medieval Feminist Forum on “Women’s Arts of the Body,” with essays on topics such as reproductive medicine, textile work, and beekeeping.

Eric Weiskott and I are co-editing a collection of essays in honour of Roberta Frank entitled The Shapes of Early English Poetry: Style, Form, History, under contract with Medieval Institute Publications. The essays focus on Old English, Old Norse, and Middle English poetry, and explore the connections between formal elements and the larger narratives of history.

I also have a second life as a creative writer, and am currently at the beginning stages of a book on the positive uses of imperfection. While the topic seems distant from my scholarship, in fact much of my scholarly work has been on the potential power of qualities or practices we tend to think of as negative. 

What do you think is the best part of being a medievalist?

It’s the perfect job for a scholar who is curious about a lot of things, and doesn’t think in terms of traditional fields or single methodologies. One can think in all sorts of directions: across languages, across fields of study, in a single literary tradition but across periods. 

The other reason I love it is that there is so much little-studied material. There’s a feeling of discovery, and of being able to make a substantial contribution to our understanding of the past.

When it comes to teaching, I love the fact that my students have never encountered – or even heard of – most of the texts I give them to read. I enjoy their surprise, their pleasure in conquering difficult material, and their excitement about doing research papers that at least have the potential of being original.

Why did you join the CSM? What other societies do you belong to?

I’m Canadian and studied at the University of Toronto, but my career has since taken me to the United States and to Germany. At heart, however, I’ll always be a Canadian medievalist, and try to go to conferences in Canada when it’s feasible. I’d very much like to have closer contact with other Canadian scholars, ideally even to think of trans-Atlantic collaborations between institutions.

Where can we find/read some of your work?

My first monograph, The Experience of Education in Anglo-Saxon Literature will be published by Cambridge University Press in early 2018. I have also edited a book on the arts and humanities in times of crisis that was a project of love, if you will. It’s called Rumba Under Fire: The Arts of Survival from West Point to Delhi, and it’s available from Punctum Books. All of my scholarly and creative writing is linked to on http://irinadumitrescu.com .

----

Vous arrivez à un aéroport pour un voyage de recherche et le douanier demande ce que vous faites. Comment répondez-vous ?


J’enseigne la littérature anglaise. Quand j’étais une étudiante diplômée, j’ai fait l’erreur de raconter un garde-frontière j’étudie l’anglais, et il commença la fissuration des blagues comme «pourquoi vous ferait cela? Ne sais-tu pas parler anglais déjà?» Fatiguée après un long vol, je l’ai trouvé assez difficile de rire, alors maintenant je suis très précise!

Sur quels projets travaillez-vous présentement?

En ce moment je travaille sur un projet plus expérimental que mon travail précédent: une étude de charisme féminin au moyen-âge. Je suis intéressé par la façon dans lesquelles qualités opposantes et anciens archétypes servent à construire des représentations de femmes fascinantes dans des textes médiévaux, mais aussi, plus largement, sur la façon dont nous devons penser différemment de charisme quand il s’agit de figures féminines.

Cela fait partie de mon intérêt en études féministes que je poursuis également dans un certain nombre de projets collaboratifs. Avec Emily Butler et Hilary Fox je suis rédacteur d’un livre de plus de quatre-vingts micro-essais sur les femmes de l’Anglo-Saxon. Il s’agit d’un livre d’interprétation allant large mettant en vedette des femmes réelles ou fictives des enregistrements historiques, littéraires, artistiques et archéologiques. Mon collègue à Bonn Emma Bérat et moi sommes également corédacteurs d’un numéro spécial du Medieval Feminist Forum sur les «Arts du corps féminin» avec des essais sur des sujets tels que la médecine de la reproduction, travail textile et l’apiculture.

Eric Weiskott et moi sommes corédacteurs d’une collection d’essais en l’honneur de Roberta Frank intitulé The Shapes of Early English Poetry: Style, Form, History, sous contrat avec les Medieval Institute Publications. Les essais se concentrent sur la poésie vieil anglais, vieux norrois et moyen anglais, et explorent les liens entre les éléments formels et les grands récits de l’histoire.

J’ai une seconde vie comme une écrivaine créative, aussi et suis actuellement aux premières étapes d’un livre sur les utilisations positives de l’imperfection. Alors que le sujet semble éloigné de mon travail, en fait une grande partie de mon travail de recherche a été sur la puissance potentielle des qualités ou des pratiques que nous avons tendance à considérer comme négatives.

 

Que pensez-vous est la meilleure partie d’être un médiéviste?

C’est le travail parfait pour une érudite qui est curieuse de connaître beaucoup de choses et ne pense pas en ce qui concerne les domaines traditionnels ou méthodologies simples. On peut penser à toutes sortes de directions: à travers les langues, dans des domaines d’étude, dans une tradition littéraire unique, mais dans l’ensemble des périodes.

L’autre raison que je l’aime, c’est qu’il y a tellement peu étudié matériel. Il y a un sentiment de découverte et d’être en mesure d’apporter une contribution substantielle à notre compréhension du passé.

Concernant l’enseignement, j’aime le fait que mes élèves n’ont jamais rencontré – ni même entendu parler – de la plupart des textes que je leur donner à lire. J’aime leur surprise, leur plaisir à la conquête des matières difficiles et leur enthousiasme à faire des documents de recherche qui ont au moins le potentiel d’être originaux.

 

Pourquoi vous êtes-vous enrôlé dans le SMC? À quelles autres sociétés appartenez-vous?

Je suis canadienne et a étudié à l’Université de Toronto, mais ma carrière m’a pris aux États-Unis et en Allemagne. Cependant, je suis toujours une médiéviste canadienne et essaie d’aller à des conférences au Canada quand c’est faisable. Je voudrais avoir des contacts plus étroits avec d’autres chercheurs canadiens, idéalement même de penser à des collaborations transatlantiques entre institutions.

Où pouvons-nous trouver/lire certains de vos travaux?

Ma première monographie, The Experience of Education in Anglo-Saxon Literature sera publié par Cambridge University Press en 2018. J’ai aussi édité un livre sur les arts et les sciences humaines en temps de crise qui était un projet de l’amour, si vous voulez. On l’appelle Rumba Under Fire: The Arts of Survival from West Point to Delhi. Tous mon écriture savante et créative est liée à sur http://irinadumitrescu.com.

 

 

© 2017-18 The Society of Canadian Medievalists. Designed and Developed by Andrew Klein and Serina Patterson. All rights reserved.  Powered by Wild Apricot.

Powered by Wild Apricot Membership Software